accès direct aux numéros

Journal favorisant la pensée indépendante,
l'éthique et la responsabilité

Penser différemment!

La fièvre hémorragique en Afghanistan

ke. L’annonce de l’apparition d’une épidémie de fièvre hémorragique en Afghanistan a fait l’objet d’un bref communiqué dans les «faits divers» de la «Neue Zürcher Zeitung» du 9 mars. Huit personnes seraient déjà mortes. L’année dernière, on avait déjà enregistré quelques cas de cette maladie. On ne sait pas encore au juste de quelle forme de fièvre hémorragique (dont fait partie l’infection par le virus Ebola) il s’agit. Peut-être que la «Neue Zürcher Zeitung» aurait dû publier cette information sous une autre rubrique, par exemple Politique ou Etranger, avec les propos (cités le 15 mars dans l’émission Echo der Zeit) du ministre américain des affaires étrangères Rumsfeld qui a déclaré, en rapport avec la guerre de l’Amérique et de ses alliés, qu’il fallait «penser différemment».

Prenons-le au mot. Penser différemment consiste à tenir compte du fait qu’Américains et Russes possèdent des germes de la fièvre hémorragique et qu’ils sont prêts à les utiliser, de même que les armes atomiques. Cela signifie également considérer que les catastrophes naturelles comme les tremblements de terre et les éruptions volcaniques peuvent être déclenchées artificiellement. Et cela signifie en outre se demander pourquoi l’Afghanistan est victime de tremblements de terre et d’une épidémie de fièvre hémorragique dans cette phase de la guerre où il apparaît à l’évidence que les talibans continuent à combattre et où l’on prévoit que les Américains vont subir le même sort que les Russes naguère (Echo der Zeit, 15 mars).

Mais nous ne devrions pas nous contenter de penser différemment. Nous devrions également agir différemment afin que le président Bush et ses seigneurs de la guerre lèvent le voile sur leurs plans de guerre et leurs arsenaux secrets et que les citoyens puissent faire avancer l’idée de la paix.