Horizons et débats
Case postale 729
CH-8044 Zurich

Tél.: +41-44-350 65 50
Fax: +41-44-350 65 51
Journal favorisant la pensée indépendante, l'éthique et la responsabilité pour le respect et la promotion du droit international, du droit humanitaire et des droits humains Journal favorisant la pensée indépendante, l'éthique et la responsabilité
pour le respect et la promotion du droit international, du droit humanitaire et des droits humains
17 avril 2014
Impressum



deutsch | english
Horizons et debats  >  2012  >  N°18|19, 7 mai 2012  >  L’armée russe s’entraîne pour parer à l’éventualité d’une attaque des USA contre l’Iran [Imprimer]

L’armée russe s’entraîne pour parer à l’éventualité d’une attaque des USA contre l’Iran

L’armée russe veut se préparer pour parer à l’éventualité d’une attaque d’Israël et des USA contre l’Iran au moyen d’une manœuvre de grande ampleur. La «Nesawissimaja Gaseta» rapporte que la manœuvre stratégique «Caucase 2012» aura lieu en septembre en Russie du sud et aussi dans les Etats du Caucase tels que l’Abchasie, l’Ossétie du sud et l’Arménie.

Comme l’a annoncé le ministère de la Défense à Moscou, la manœuvre de cette année sera plus grande que celle des années précédentes et elle tiendra compte des réalités de politique de sécurité. Selon ce quotidien, le contenu de la manœuvre et des exercices de combats sera adapté à un conflit éventuel dans la région de la mer Caspienne et du Caucase du sud, avant tout à une guerre éventuelle des USA et d’autres Etats contre l’Iran.
La Russie pratique régulièrement des manœuvres dans le Caucase. Grâce à l’exercice «Caucase 2008», qui a eu lieu du 16 juillet au 2 août aux frontières de l’Ossétie du sud et de l’Abchasie, la Russie a pu reprendre le dessus dans le conflit avec la Georgie quoique avec des pertes insoutenables.
Non seulement l’armée de terre, la marine, les forces aériennes et les troupes de missiles prendront part cette année à cette manœuvre, mais pour la première fois aussi les services de renseignements intérieurs (FSB), le ministère de l’Intérieur, les services de sauvetage et toutes les autres structures de sécurité.
En outre, on s’entraînera à des méthodes de stratégie de guerre dites associées (utilisation de l’observation électronique et par satellites, de drones et d’armes de précision) et on testera aussi de nouveaux systèmes automatisés de stratégie de combats.
Nikolaï Makarov, chef d’état-major, l’avait déjà annoncé en décembre lors d’une rencontre avec des attachés étrangers. Selon des données officielles, deux douzaines de véhicules de commandement modernes assistés (Glonass – système global de navigation satellitaire russe) sont déjà arrivés dans le nord du Caucase. En outre, presque tous les avions et les hélicoptères de combat stationnés dans la région ainsi que l’artillerie et la défense anti-aérienne sont équipés d’appareils de navigation Glonass.
De plus, les troupes ont reçu avec «Barnaul T», un nouveau système de conduite automatisé de défense anti-aérienne. Ce système qui contrôle l’espace aérien de la Russie du sud et de tout le Caucase du sud, est important en particulier pour la base militaire russe en Arménie, qui est coupée des autres troupes.
Anatoli Tsyganok, directeur du Centre des prévisions militaires juge que les tensions militaires dans le golfe Persique sont à l’origine de ces préparatifs déjà en cours.
Si une guerre contre l’Iran se déclenche, plusieurs Etats postsoviétiques dans le Caucase du sud pourraient alors y être impliqués. Le spécialiste pense que pour assurer la capacité d’action des contingents de troupes à l’étranger, avant tout en Arménie, l’état-major conçoit apparemment des mesures préventives pour organiser le ravitaillement des troupes en cas critiques.
Le porte-parole du département militaire du sud, Igor Gorbulja a annoncé que les troupes affectées à la pose de conduites s’entraînaient déjà au déplacement des oléoducs de carburant.
Les troupes de construction de tuyauterie existent uniquement dans l’armée russe. Lors d’un exercice en juin 2011, elles ont construit un pipeline long de 75 kilomètres s’étirant de l’Ossétie du nord, en passant par le Caucase jusqu’à l’Ossétie du sud.
Leonid Ivachov, président de l’Académie des problèmes géopolitiques de Moscou, a également mis cette manœuvre en relation avec la situation politique et militaire dans le Caucase «où la Russie possède certains intérêts géopolitiques». «Ces manœuvres sont organisées pour protéger ces intérêts.»
Apparemment, la situation aux frontières sud et avant tout la menace d’une guerre contre l’Iran préoccupe profondément les dirigeants militaires russes.    •

Source: Ria Novosti du 16/1/12, http://de.rian.ru/politics/20120116/262467833.html
(Traduction Horizons et débats)