Horizons et débats
Case postale 729
CH-8044 Zurich

Tél.: +41-44-350 65 50
Fax: +41-44-350 65 51
Journal favorisant la pensée indépendante, l'éthique et la responsabilité pour le respect et la promotion du droit international, du droit humanitaire et des droits humains Journal favorisant la pensée indépendante, l'éthique et la responsabilité
pour le respect et la promotion du droit international, du droit humanitaire et des droits humains
30 septembre 2014
Impressum



deutsch | english
Horizons et debats  >  2011  >  N°13/14, 11 avril 2011  >  Concept d’engagement de l’Aide humanitaire de la Confé­dération et du Corps suisse d’aide humanitaire 2009–2014 [Imprimer]

Concept d’engagement de l’Aide humanitaire de la Confé­dération et du Corps suisse d’aide humanitaire 2009–2014

Résumé

«Le contexte humanitaire et les exigences auxquelles doivent satisfaire les prestations d’aide évoluent. Pourtant, les défis à relever ne sont pas foncièrement nouveaux, si ce n’est qu’ils se sont aggravés et sont perçus aujourd’hui avec davantage d’acuité. Une insécurité alimentaire croissante dans les régions pauvres du globe ainsi que des conflits irrésolus et des Etats fragiles au système juridique inopérant caractérisent ce contexte, tout comme le fait qu’un nombre croissant d’êtres humains deviennent vulnérables aux catastrophes naturelles. Le changement climatique aura sans doute des conséquences particulièrement néfastes pour les pays pauvres et, combiné aux déséquilibres économiques et démographiques, entraînera entre autres des mouvements migratoires à l’échelle de la planète.
Le présent concept d’engagement AH/CSA 2009–2014 prend appui sur le concept d’engagement CSA 2005, qui a fait ses preuves depuis lors. Il tient compte des exigences fixées par le DFAE: augmenter l’impact et accroître la visibilité de l’engagement humanitaire de la Suisse grâce à un renforcement de la présence en personnel sur le terrain.
La présence sera accrue par un plus grand nombre d’actions directes et de détachements (secondments) ainsi que par un renforcement des structures de la DDC sur le terrain. Cela implique de disposer d’un nombre suffisant de membres du CSA présentant les profils recherchés. De plus, le travail en réseau ainsi que la coopération avec l’économie privée et les institutions publiques seront renforcés. Le principe fondamental du système de milice sera maintenu.
Partant de l’expérience accumulée au fil des ans, l’accent sera placé davantage sur la mise en œuvre directe de programmes dans le domaine de la reconstruction et par le recours à l’approche Cash. Les détachements d’experts auprès des quatre principaux partenaires onusiens (UNHCR, PAM, UNICEF et OCHA) seront de plus en plus souvent accompagnés de contributions financières (earmarked contributions) à ces institutions sous forme de «paquets».
Puisqu’il semble impossible dans l’immédiat de prévoir des ressources financières supplémentaires sur le budget de la Confédération, il faudra modifier le budget de l’Aide humanitaire afin d’assurer la présence accrue projetée. Le financement de programmes, notamment dans le domaine de la reconstruction, fera davantage appel à des contributions de tiers (p. ex. de l’UNICEF, du DFID, de la Principauté du Liechtenstein).
La sécurité jouira à l’avenir d’une attention accrue. Le nouveau groupe spécialisé Sécurité soutiendra la ligne dans la mise en œuvre de mesures destinées à protéger le personnel humanitaire en mission, permettant ainsi à la Confédération de mener des actions humanitaires bilatérales dans des contextes diffi­ciles. Les évacuations et rapatriements de ressor­tissants suisses hors des régions en crise coordonnées par la DP VI pourront si nécessaire bénéficier de l’ap­pui de spécialistes.
Les critères de recrutement du CSA seront assouplis. Des programmes d’initiation sur mesure organisés par la Centrale, un encadrement des nouveaux membres durant leur premier engagement ainsi que des offres ciblées de formation de base et de formation continue garantiront la préparation optimale des nouvelles recrues à leurs missions. Des incitations et des mesures appropriées assureront davantage de continuité et une plus grande disponibilité.
La coopération avec les domaines opérationnels Coopération régionale, Coopération globale et Coopération avec l’Europe de l’Est de la DDC sera intensifiée. Ceux-ci pourront bénéficier des ressources en personnel et des compétences du CSA pour réaliser des programmes et recevoir des conseils spécialisés (réduction des risques de catastrophes naturelles (RRC), relèvement précoce (early recovery), transition, etc.).
Le présent concept d’engagement tient compte des principes et objectifs de la réorganisation de la DDC, de même que des exigences particulières de la Centrale H concernant le pilotage direct des opérations (notamment dans le domaine stratégique de l’aide d’urgence).
La coopération civilo-militaire en situation d’urgence humanitaire a fait ses preuves au fil des ans et continuera de jouer un rôle important.»    •

Source: DDC, www.deza.admin.ch/fr/Accueil/Documentation/Publications